Les nouveaux radars invisibles

201212081895_w350

La Sécurité routière a annoncé hier la mise en place de nouveaux radars sur une vingtaine de départements français, dès le 15 mars.  Destinés à lutter contre les excès de vitesse, ils seront embarqués à bord de véhicules banalisés, et pourront ainsi flasher en toute discrétion. 

La marge technique de ce nouveau dispositif étant plus importante que sur les anciens radars, seuls les grands excès de vitesse seront détectés. Ainsi sur autoroute, une voie limitée à 130 km/h, un automobiliste qui roule à 138 km/h ne sera pas verbalisé, car la vitesse retenue (138 moins 10 %) est égale à 124 km/h, en dessous de la vitesse autorisée. En revanche, le même automobiliste photographié à 146 km/h sera verbalisé avec une vitesse retenue de 131 km/h (146 moins 10 %).

Ces nouveaux radars seront quasiment indétectables pour les conducteurs : aucun panneau avertisseur, voiture de police banalisée, pas de flash…, l’objectif     étant de lutter le plus efficacement possible contre les excès de vitesse, véritable fléau de la route. « La nouveauté, c’est que ces radars vont effectuer des contrôles à partir de véhicules insérés dans le flot de circulation. L’objectif est de se fondre parmi les automobilistes », explique Aurélien Wattez, chef du département du contrôle automatisé à la Sécurité routière.

300 véhicules banalisés seront mis en service dans les trois années à venir, à raison de 100 par an. Dans un premier temps, les policiers contrôleront les voitures en excès de vitesse qui les doubleraient. Mais d’ici quelques semaines, les radars seront capables de flasher les automobilistes roulant sur la voie opposée.
Ce système reste pour la Sécurité routière un moyen de plus pour lutter contre la vitesse au volant et ainsi éviter des accidents mortels. Rappelons que la vitesse excessive demeure la principale cause de la mortalité sur la route, responsable de 26 % des accidents mortels en 2012, soit environ 1 000 décès.

« Un effet d’annonce »

D’autre part, les conducteurs épinglés auront la possibilité de contester leur amende s’ils ont été flashés par l’arrière. Et ainsi éviter une perte de points sur leur permis de conduire. Un avocat spécialisé dans la défense des automobilistes confie au Parisien que le nouveau système lancé le 15 mars prochain n’est qu’un effet d’annonce pour donner la fausse impression que la vitesse sera surveillée partout et tout le temps ».

 

 

2012: année record pour Ferrari

Ferrari-Logo

 

 

La crise économique ne concerne pas tout le monde. En effet, le constructeur automobile italien Ferrari a enregistré les meilleures ventes de son histoire: 7318 bolides ont été vendus dans le monde en 2012.

Les riches n’ont jamais été aussi riches et le luxe ne s’est jamais aussi bien porté. Pour preuve, Ferrari enregistre une année record avec des ventes de véhicules à leur plus haut niveau et des bénéfices qui ont augmenté de 17,8 % par rapport à 2011.

7 318 privilégiés ont pu s’offrir un petit bijou en provenance des usines de Maranello (+4,5% par rapport à 2011), ce qui correspond à un chiffre d’affaire de 2,43 milliards d’euros.

Pour info, une Ferrari coûte entre 185 000 et 270 000 euros. Cela frise l’immoralité, d’autant que les bolides rouges ne sont pas seulement très chers, elles sont aussi hyperpuissantes (315 km/h en pointe) et donc très gourmandes en carburant. Écologiquement incorrect et l’on ne parle pas de la Prévention routière. Mais les acheteurs de Ferrari peuvent payer leurs amendes et des stages de récupération de points.

De toute façon ils n’habitent pas en France. Plus de 2000 des véhicules vendus l’ont été aux États-Unis. Viennent ensuite la Chine (784 voitures), l’Alemagne et la Grane-Bretagne. En Italie, en revanche, les ventes ont baissé.

 Marque la plus influente

Par ailleurs, Ferrari se voit attribuer la première place des marques les plus influentes, devant Google, Coca-Cola ou Hermes et 500 des plus grandes sociétés du monde.

En raison de sa taille, la société de Maranello ne peut se mesurer aux grandes multinationales en termes de chiffre d’affaires global. Toutefois, l’évaluation de sa marque prend en compte d’autres aspects financiers, comme les marges nettes, le chiffre d’affaires moyen par client et les dépenses publicitaires et marketing, mais également des paramètres qualitatifs, comme l’attachement à la marque et la fidélité de ses clients.

Sécurité routière: les éthylotests ne seront plus imposés

ethylotest-660x362

Le ministre de l’intérieur Manuel Valls va suivre les préconisations du Conseil National de la sécurité routière. Les panneaux avertisseurs de radars fixes seront remis en place et les éthylotests ne seront plus obligatoires, seulement recommandés.

Manuel Valls a déclaré dans le Parisien approuver cette proposition de réinstaller les panneaux qui indiquent la présence de radars automatiques, proposition qu’il qualifie de « sage ». Deux à trois ans seront cependant nécessaires pour remettre en place ce système.

Les éthylotests eux, ne seront donc plus obligatoires. « Il n’y a pas d’éthylotest obligatoire et encore moins de sanctions », affirme le ministre. Il rappelle que l’alcool est responsable de 31% des morts sur la route, d’où la nécessité de les recommander, mais pas de les imposer.  » Personne ne peut croire qu’on peut faire reculer ce chiffre en verbalisant les conducteurs d’une amende de 11 euros pour non-possession d’un éthylotest d’autoévaluation ».

 

PSA: Perte historique de 5 milliards d’euros en 2012

0 

 

 

 

 

PSA Peugeot Citroën a dévoilé aujourd’hui, une perte nette de 5 milliards d’euros en 2012. Un montant « record », qui s’explique par sa dépendance aux marchés européens. Mais le numéro un français de l’automobile a maintenu ses prévisions pour 2013 et les années à venir.

En 2011, le constructeur avait dégagé un bénéfice net de 588 millions.

C’est la perte la plus lourde de l’histoire de PSA. Une perte qui s’explique par sa dépendance aux marchés européens en crise et par 4,7 milliards de dépréciations d’actifs.

Le constructeur a également essuyé une lourde perte opérationnelle courante de 576 millions en 2012. Et le chiffre d’affaires a reculé de 5,2 % à 55,4 milliards.

Ces résultats « reflètent la détérioration de l’environnement dans le secteur automobile en Europe », a commenté le président du directoire de PSA, Philippe Varin, cité dans un communiqué.

Comme attendu, la dette nette ressort à -3 milliards d’euros. « La dette nette s’est améliorée de 200 millions d’euros », a souligné le directeur financier

Jean-Baptiste de Chatillon lors d’une conférence téléphonique.

Équilibre de la trésorerie en 2014 ?

PSA a brûlé l’an dernier 3 milliards d’euros de liquidités, dont 2,5 milliards pour sa branche automobile, soit 200 millions par mois. Il compte toujours diviser par deux cette année son rythme de consommation de cash et vise un retour à l’équilibre de sa trésorerie opérationnelle à fin 2014.

« Nous sommes prêts pour construire notre plan Rebond 2015 sur une base 2012 assainie », a assuré Jean-Baptiste de Chatillon.

Restructuration et alliance avec General Motors

PSA compte alors sur son plan de restructuration en cours, mais aussi sur son alliance avec l’américain General Motors pour rebondir. Il a réaffirmé en revanche que l’équipementier automobile Faurecia, dont il détient 57,4 %, n’était « pas à vendre ».

Il a par ailleurs annoncé son intention de repositionner cette année ses deux marques, Peugeot et Citroën, l’une par rapport à l’autre. « Chaque marque aura une position clarifiée dès les prochains lancements de véhicules », a-t-il expliqué.

L’entrée de l’Etat au capital de PSA

peugeot-citroen-psa-423154-jpg_281607

 

 

 

 

PSA en grandes difficultés financières.

2012, année du grand bond en arrière pour PSA ? A la lecture des résultats commerciaux dévoilés mercredi dernier par le groupe, on est tenté de répondre par l’affirmative, tant l’année passée à été douloureuse. De fait, les ventes mondiales du constructeur français, qui s’établissent à 2,965 millions d’unités, font revenir les volumes au niveau de l’année 2001, où PSA avait écoulé 2,815 millions de véhicule. Autre triste performance, la baisse des ventes (-16,5 %) est la plus forte enregistrée par le constructeur depuis trente ans.

PSA Peugeot Citroën, en grandes difficultés financières, a annoncé jeudi soir dernier avoir passé ces dépréciations, pour prendre en compte l’aggravation de la situation du marché automobile européen. Cette annonce confirme que le marché automobile européen «souffre de lourds problèmes de compétitivité», estime Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.L e groupe français a toutefois confirmé ses prévisions de trésorerie et d’endettement à court et moyen termes.

Feu vert provisoire de la CE à l’aide à PSA Finance

Banque PSA Finance a obtenu le 11 février 2013 l’accord temporaire de la Commission Européenne pour l’utilisation de la garantie de l’Etat Français à titre onéreux sur les titres de créances émis entre le 1er janvier 2013 et le 31 décembre 2016. Cette garantie a été votée le 29 décembre 2012 par le Parlement français et porte sur le principal, les intérêts, frais et accessoires des titres de créance garantis et est accordée pour un encours en principal d’un montant total maximal de 7 milliards d’euros.

Cet accord a été obtenu pour une première tranche de 1,2 milliard d’euros avec une maturité maximale de 36 mois, à utiliser dans les 6 mois à venir, le temps pour la Commission Européenne de donner son avis définitif sur ce soutien.

Un comité de suivi de la garantie de 5 membres, intégrant des représentants de l’Etat et du Groupe veillera à la coordination dans la mise en œuvre de la garantie.

L’obtention de cette autorisation temporaire sur la garantie, associée aux actions de titrisation et au renouvellement des lignes de financement bancaires, assurent au refinancement de Banque PSA Finance une visibilité et une robustesse en montant et en durée.

 PSA, deuxième constructeur automobile européen, a annoncé fin octobre le plan de soutien de l’Etat français à sa filiale de crédit. Le groupe avait annoncé l’été dernier 8.000 suppressions d’emplois et la fermeture de son usine d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). (voir )

« Nous nous attendons à ce que la France nous fasse part de son plan de restructuration, non seulement sur la question de la filiale financière mais sur l’ensemble du groupe PSA parce que cette aide bénéficie également à l’ensemble du groupe », a dit un porte-parole de la Commission.

La France devra garantir que Banque PSA Finance, qui apporte des crédits aux acquéreurs de véhicules Peugeot et Citroën tout en apportant un financement plus large au groupe, et PSA dans son ensemble seront viables sur le long terme sans financement public.

 

Le retour de la pastille verte sur nos pare-brises?

7757754996_la-pastille-verte-a-lete-lancee-en-1998-pour-lutter-contre-la-pollution-de-l-air

 

 

Pour distinguer les véhicules les moins polluants, le gouvernement a proposé hier soir de relancer le système de la pastille verte

Ce dispositif avait été lancé en 1998 par le gouvernement Jospin, afin de lutter contre la pollution de l’air. Plus précisément, son objectif était de limiter l’accès des centres villes aux véhicules les plus polluants. Ce système n’avait cependant pas rencontré un grand succès à l’époque et avait été rapidemment abandonné. Il semblerait cependant que le comité interministériel songe à nouveau à mettre en place un dispositif similaire. Le gouvernement s’est en effet réuni hier soir pour réfléchir aux solutions qui pourraient permettre d’améliorer la qualité de l’air. « Les collectivités demandent à pouvoir identifier facilement les véhicules électriques ou les automobilistes pratiquant le covoiturage afin de valoriser ces usages propres et de pouvoir éventuellement leur réserver des voies dédiées ou des places de parking en centre-ville » a informé  le ministère de L’Ecologie au quotidien Le Parisien.

 

 

Annulation des PV constatés par le radar fou de la RN 137

130125180105425_34_000_apx_470_

 

 

 

 

 

 

 

Le radar  à l’entrée de Rennes, situé sur la RN 137, aurait flashé en moyenne 8000 automobilistes par jour entre mardi et vendredi dernier. 32 000 points doivent donc retirés, l’équivalent de 2 666 permis! L’annulation des PV a donc été réclamé par le Préfet.

En effet, le Procureur de la République de Rennes a affirmé que le contexte dans lequel les infractions d’excès de vitesse avaient été relevées pourraient permettre aux automobilistes de les contester.  Tenant compte de ces éléments, le Procureur de la République décide donc de classer sans suite les contraventions. Un soulagement pour tous les conducteurs concernés.

Pour les contraventions en cours de traitement, cette décision a un effet immédiat et aucun avis ne sera donc adressé.

En ce qui concerne les contraventions déjà envoyés, le Procureur a demandé à l’officier du ministère public « d’adresser un courrier de classement, indiquant le cas échéant, les modalités de remboursement de l’amende. » Ce courrier sera adressé très prochainement. En cas de paiement, hypothèse qui devrait être marginale, les mesures ont été prises pour qu’il n’y ait pas de retrait de point sans que les personnes concernées n’aient à faire de quelconques démarches.

« La situation étant à présent revenue à la normale à tout point de vue et la signalisation mise en place ne posant plus de difficultés, le fonctionnement de ce radar reprend ce mercredi »  a déclaré le Procureur. Les automobilistes sont invités « à la plus grande vigilance sur cette zone de travaux dans lesquelles des personnes doivent pouvoir travailler sans danger. » Une zone désormais limitée à 90 km/h.

 

Radar fou: 8000 automobilistes flashés par jour sur la RN 137

130125180105425_34_000_apx_470_

 

 

 

 

 

 

 

 

Le radar automatique la RN 137, à l’entrée de Rennes, aurait flashé près de 8000 automobilistes par jour entre mardi et vendredi dernier.

Ce dernier s’enclenchait dès le moment où un conducteur passait les 90 km/h… au lieu de 110! Des travaux en cours sur l’aire du Hil située juste en amont du radar expliquent ce dysfonctionnement. La vitesse était donc davantage limitée. Mais les automobilistes l’ont appris à leurs dépens! En effet, le radar a été recalibré pour se déclencher à partir de 90 km/h avec un panneau signalant la limitation de vitesse. Mais apparemment, pas suffisamment visible. Les automobilistes ont donc fait savoir leur colère en signant pour certains une pétition mardi matin, pour demander l’annulation de leurs contraventions.

Selon des informations, 32 000 points auraient été retirés, l’équivalent de la suppression de 2 666 permis de conduire, ainsi que 1,4 million d’euros de recette. Malheureusement, pour les automobilistes flashés vendredi avant 18H, la mesure n’est pas rétroactive.

La fin de l’éthylotest obligatoire?

Un-ethylotest-sur-deux-en-vente-serait-defaillant_article_main

Au 1er juillet 2012, il était devenu obligatoire de détenir un ethylotest dans son véhicule. Cette mesure avait été décidée par Nicolas Sarkozy en 2011.Mais la mesure souhaitée par l’ancien Président n’a jamais été vraiment mise en œuvre et s’est heurtée aux difficultés d’approvisionnement des conducteurs. Des sanctions (11 euros d’amende) contre les automobilistes qui n’étaient pas en possession d’éthylotest devaient être appliquées au 1er Mars 2013.

Il y a quelques jours, le Ministre de l’intérieur Manuel Valls a décidé de reporter « sine die » (sans fixer de date) cette obligation. En effet, cette mesure posait certains problèmes de légitimité. Efficacité de cette mesure (incite-t-elle vraiment à ne pas prendre le volant?) et dangerosité des éthylotests chimiques ont remis en cause cette obligation. La fiabilité des éthylotests et leur prix ont aussi été pointés du doigt à plusieurs reprises.

Cette nouvelle règle visait officiellement à renforcer la prévention contre les accidents de la route liés à l’alcool. Elle venait s’ajouter aux obligations de posséder un gilet de sécurité et un triangle de signalisation, déjà en vigueur depuis le 1er juillet 2008.

Sécurité routière: le nombre de morts sur les routes baisse de 8% en 2012

spot_securite_routiere_1

 

 

 

 

 

 

 

 

Le nombre de tués sur les routes reste encore élevé. L’objectif de passer en dessous des 3000 morts en 2012 n’a pas été atteint. Cependant, comparé aux quarante dernières années, le taux de mortalité sur les routes n’a jamais été aussi faible.

Le nombre de tués sur les routes en France  a été divisé par quatre depuis (en moyenne 17 000 morts chaque année dans les années 70!). Autre signe de cette évolution, le nombre de victimes depuis 2010 a baissé de moitié par rapport à l’année 2000. Aujourd’hui, ce niveau a encore baissé de 8%, une petite victoire pour la Sécurité routière. Depuis 2002,  la politique de cette dernière, mise en place par le gouvernement Raffarin avec Nicolas Sarkozy oeuvre pour lutter contre les dangers de la routes. Prévention et répression sont les maîtres mots de cette lutte qui se poursuit toujours. La lutte contre la vitesse est l’un des principaux enjeux de la politique de la Sécurité routière. Elle marque les esprit avec l’installation des radars: on comptera 4000 appareils fin 2013. La limitation de l’alcoolémie au volant est un autre point essentiel de cette politique. Initiée en 1983, la lutte contre l’alcool au volant frappe toujours plus fort, entre campagnes publicitaires choc, et une possible tolérance zéro d’ici peu chez les jeunes. En effet, ces derniers sont les principales cibles de ce fléau: l’alcool intervient dans 40% des accidents mortels chez les jeunes de 18 à 24 ans.

Pour structurer la prévention routière et ainsi limiter le nombre de victimes sur les routes, les plus jeunes sont depuis quelques années sensibilisés en milieu scolaire sur ces dangers.

Bien sûr, la Prévention routière développe de nombreux moyens pour sensibiliser petits et grands. Mais ces actions sont ponctuelles et ne peuvent suffirent. Car rien ne pourra remplacer, dans la lutte contre l’insécurité routière, le changement des comportements. Ceux qui se forgent dès l’enfance et l’adolescence.

(Ci-dessus une photo du tournage d’un film de sécurité routière, réalisé par des étudiants de Dijon pour sensibiliser leurs camarades.)